Vie des commissions


Énergie et Mobilité

UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DE L’ÉCOLE

Notre école est là, fidèle au poste, depuis 1880 ! Elle a été entretenue au fil du temps, des travaux d’isolation partielle ont été réalisés en 1994, son toit refait récemment. Mais il est peut-être temps pour nous de saisir l’opportunité des subventions proposées par la département, l’État ou la région pour la rénovation des bâtiments publics, et de préparer notre école à répondre aux défis de la transition énergétique.


Nous avons été alertés par les fortes consommations électriques de ces dernières années, et avons déjà engagé des recherches d’amélioration avec les moyens locaux de la commission participative Energies-Mobilités.
Parallèlement, des devis d’audit énergétique ont été réalisés par 2 bureaux d’études spécialisés, et nous avons retenu celui d’ENER’BAT, situé à Entremont-le-vieux, et habitué à un travail en partenariat avec le Parc de Chartreuse. L’étude doit être financée à 80% par une subvention de la Région et du Parc de Chartreuse. Nous sommes aussi accompagnés dans cette démarche par un chargé de mission de l’ALEC (Agence locale de l’Energie et du Climat)
Olivier Rey, gérant d’ENER’BAT est déjà venu faire connaissance avec les bâtiments, et réalisera l’audit pendant la première quinzaine de novembre. Le lundi 2 novembre, jour de rentrée après les vacances scolaires d’automne, il viendra s’entretenir avec des élus, des membres de la commission participative Energies-Mobilités, mais aussi bien sûr les utilisateurs de l’école et du gymnase. Il y aura ensuite dans la semaine une première réunion de rendu, au cours de laquelle seront évoquées des pistes d’amélioration : amélioration du système de chauffage, de l’isolation, de la ventilation... La deuxième réunion de rendu, le 12 novembre, permettra de commencer à dessiner un projet et des options de financement.

Bien sûr, au-delà de l’étude nous ne sommes sûrs de rien : tout projet d’envergure demande un financement propre de la commune, les financements publics ne pouvant dépasser 80% du montant des travaux. Il appartiendra au conseil municipal d’arbitrer entre les différents projets. Certains resteront dans les cartons, mais d’autres pourront voir le jour !